Labels vin Bio, raisonnée, HVE et naturels : savoir ce que vous buvez

Labels vin Bio, raisonnée, HVE et naturels : savoir ce que vous buvez

série de labels vin bio

Qu’est ce qui se cache derrière un label vin bio  et autres labels environnements ?

La viticulture représente 5% des surfaces agricoles françaises, mais 20% des produits phytosanitaires. Comme le vin n’est pas une boisson cuite ou pasteurisée, la chimie se retrouve forcément dans le verre. Un label vin bio ou de l’agriculture durable est là pour vous rassurer sur ces aspects. Mais ils sont loin de tous se valoir !

De façon très résumée, voici notre classement des labels du vin les plus propres et bio :

  1. Label méthode nature (label vin méthode nature, label S.A.I.N.S, label AVN)
  2. Labels biodynamie (labels Demeter et Biodyvin) 
  3. Nature & Progrès (BIO +)
  4. Label bio (AB et feuille verte)
  5. Terra Vitis
  6. Label HVE

Voyons voir les labels du vin dans le détail : 

Le label vin Bio Européen et le label Bio français 

En 2019, 14% du vignoble français a le label bio ou est en cours de conversion. Soit plus de 11200 ha et 8000 producteurs. C’est une tendance forte : En 2016, c’était la moitié : 7,5%.

La production Biologique a recours à des pratiques culturales et d’élevage soucieuses du respect des équilibres naturels. Ainsi, elle exclut l’usage des produits chimiques de synthèse, des OGM et limite l’emploi d’intrants (engrais azotés, soufrés, etc. ). Notre article sur la composition du vin vous donne les doses par type de viticulture.
En 2012, la réglementation des vins Bio en Europe a changé de façon significative : elle intègre non seulement la partie agriculture, mais aussi la partie vinification. Ainsi la réglementation Européenne diminue de 50 mg/l les maximaux de l’agriculture conventionnelle pour les sulfites. Les maximaux sont alors  100 mg/L en Rouge et 150 mg/L en Blanc. Adieu le mal de tête !

Un vin certifié Bio a comme label soit la feuille verte du label Européen soit le logo AB au niveau Français ou les 2.  Il n’y a pas de différence fondamentale entre les 2.

labels Biologiques europe et france

Le logo de l’organisme de contrôle (OC) est généralement mis à côté (EcoCert et AgroCert sont parmi les plus gros en France). 3 ans minimum sont nécessaires pour faire certifier un vin en Bio (cela fonctionne en fait par cépage). Pendant ces 3 ans, le vignoble est dit en “conversion biologique“. Le label bio n’est obtenu qu’au bout de ces 3 ans.

Mieux qu’une longue théorie, pourquoi ne pas tester par vous-même les vins avec les différents labels ? En plus vous trouverez un des 1ers vins à avoir le label Vin Methode Nature ! 

Les labels vin environnementaux 

labels vins environnementaux globaux

Ces labels du vin placent le respect de l’environnement dans une démarche plus globale que la production du vin. Mais nous avons deux poids, deux mesures si on compare le label HVE et le Label Nature & Progrès.

Label HVE = Haute Valeur Environnementale ?

HVE est un label Français issu du Grenelle de l’environnement. Il se développe énormément depuis 2021. Le label HVE est conçu pour les producteurs qui privilégient toutes les actions permettant de préserver et développer la biodiversité sur leur exploitation. L’agriculteur, pour obtenir la certification, doit raisonner ses pratiques à l’échelle de l’exploitation agricole (agro-écologie). Il doit tenir compte de l’ensemble des zones naturelles présentes sur son exploitation.

4 aspects sont regardés : respect de la biodiversité, stratégie phytosanitaire, stratégie de gestion de la fertilisation et d’irrigation.
Le label HVE correspond au Niveau 3 (le niveau le plus élevé) des certifications environnementales reconnues par le gouvernement français.

Là où le bât blesse, c’ est l’écart qu’il y a entre la perception “Haute Valeur Environnementale” du public (un beau nom qui sent bon le Bio) et la réalité : 

-un viticulteur qui a aussi des bois autour va gagner des points grâce à ceux-ci même s’il ne change rien à ses pratiques viticoles

-la seule limite imposée est que l’achat des produits phytosanitaires ne doit pas dépasser 30% du Chiffre d’Affaires du viticulteur… cette limite n’en est pas une ! Nous n’avons pas trouvé de vignerons qui ont déjà un tel chiffre, s’il y en a… merci de nous les communiquer !

Nous ne remettons pas en cause la démarche sincère de certains vignerons, mais il est sûr qu’il y a un énorme “Green washing” qui se développe avec ce beau logo.

Label vin bio Nature & Progrès

Fondée en 1964 en réaction à l’industrialisation de l’agriculture, Nature & Progrès milite au contraire pour le développement de l’agriculture biologique. Non pas au sens du règlement européen, mais en tant que véritable alternative sociale. Pour une économie à taille humaine et pour une dynamique sociétale participative et horizontale. 

Les viticulteurs obtiennent le label Bio Nature & Progrès après contrôle de l’application effective du cahier des charges de la filière.  Dans celui-ci, les raisins doivent être issus de l’agriculture biologique (donc avec le label Bio sur le vin), de nombreuses limites sont exigées pour la vinification (règles de sulfitage, acidification, chaptalisation, ajout de levures…) ce qui en fait un label Bio “plus”.

Les domaines producteurs doivent progresser vers des pratiques cohérentes avec le projet associatif développé dans la charte Nature & Progrès. La qualité de la démarche doit primer, en termes d’obligation de moyens, sur l’obligation de résultat.

Labels de la Biodynamie : Demeter et Biodyvin

La biodynamie fait partie des vins naturels. Environ 1% des viticulteurs français l’ont adoptée. Qu’est-ce que la biodynamie ? Commençons par la définition faite par Jean-Michel Florin : « L’agriculture biodynamique est une agriculture assurant la santé du sol et des plantes pour procurer une alimentation saine aux animaux et aux hommes. Elle se base sur une profonde compréhension des lois du « vivant » acquise par une vision qualitative/globale de la nature. Elle considère que la nature est actuellement tellement dégradée qu’elle n’est plus capable de se guérir elle-même et qu’il est nécessaire de redonner au sol sa vitalité féconde indispensable à la santé des plantes, des animaux et des Hommes grâce à des procédés thérapeutiques ». 

En gros, on fait partie d’un Tout, et Tout interagit : l’homme, la vigne, le sol, les champignons dans l’air, la Terre, le soleil, la Lune…. Le soufre, le cuivre, la bouille bordelaise, les traitements homéopathiques sont les seuls traitements utilisés. Certains suivent le calendrier lunaire, d’autres se basent sur leur propre observation pour savoir quand traiter. L’écoute de la nature, en parfaite symbiose, est primordiale, comme le faisaient les anciens. Ces traitements étant vite lessivés par la pluie, les vignerons des régions les plus pluvieuses font un énorme travail dans leurs vignes. Croyance ? Les vignerons sont pragmatiques, si les résultats sont là, la compréhension des phénomènes n’est pas forcément la priorité.

Les Labels vin bio-dynamie Demeter et Biodyvin certifient l’approche en biodynamie. Un Point important : si un vin est certifié en Biodynamie, il a forcément un label vin Bio à côté.

labels demeter et biodyvin

Ces labels diminuent encore plus les seuils des intrants comme le SO2 dans le vin : Le label biodynamie Demeter réduit la dose autorisée de SO2 à 70 mg/l pour les vins rouges et 90 pour les vins blancs.

Ces labels vont plus loin que la partie viticulture et vinification. Ils peuvent aussi imposer par exemple l’usage de produits naturels pour les bouchons.

Les labels Vin bio Méthode nature (les vins sans soufre)

logos des 2 associations de vins naturelslabel vin methode nature 1 label vin methode nature 2

Parmi les labels vin bio, les vins les plus naturels sont les vins nature. Les vignerons vinifient naturellement sans levurage chimique. On dit en levures indigènes. Le producteur n’utilise que les  levures des raisins vendangés et utilise le moins d’intrants possible. Parmi ces intrants, le Dioxyde de soufre (SO2), est le plus mis en avant. On peut lire sur l’étiquette “Vin sans soufre ajouté” ou “moins de 30% gl/L de sulfites” quand il y a eu un léger ajout.

Le SO2 est un anti-oxydant naturel. Les vignerons en mettent pendant la vinification et aussi à la mise en bouteille pour stabiliser le vin. Le soufre protège contre l’oxydation de l’air et aussi pour être sûr que d’éventuelles levures ne repartiraient pas en fermentation.
Travailler sans soufre ajouté nécessite beaucoup de matériel et de savoir faire. Le but est d’éviter au maximum que le moût puis le vin soient en contact avec l’air. L’air oxyderait le vin sinon. En bout de chaîne, les vins naturels ont souvent de la cire pour assurer une grande étanchéité. 

À l’ouverture, ils peuvent avoir des arômes de réduction très désagréable (basse-court, écurie…) et des bulles (il moustille, le vin). Après ouverture, le consommateur averti carafe un vin naturel énergiquement (Gros Glou glou dans la carafe puis de nombreuses rotations, c’est sport !).

Le soufre a tendance à tuer la rondeur et le fruit, les vins Bio et a fortiori les vins nature sont des vins avec un fruité éclatant. La bouteille une fois ouverte doit se boire très vite. Cet abord du vin naturel n’est pas très facile. Il arrive cependant qu’à la descente dans l’œsophage, le vin naturel procure une sensation de bien être, très digeste. 

 

Il est plus facile de faire des vins rouges naturels qui se tiennent dans le temps que des blancs ou des rosés, car ils sont mieux protégés par les tanins qui sont, eux aussi, des anti-oxydants. Goûtez les vins nature  grâce à notre Coffret vin dégustation de 4 Vins naturels. Nous les avons sélectionnés bien sûr pour qu’ils n’aient pas tous les défauts dont nous parlions !

La Viticulture conventionnelle : d’où on part

Aussi appelée agriculture classique, l’agriculture conventionnelle est en fait l’agriculture qui est née dans les années 70 avec la chimie (la chimie du vin s’appelle l’oenologie). Ce type de viticulture se base sur :

  • l’utilisation d’engrais minéraux artificiels issus du pétrole pour doper les plantes,
  • la sélection génétique des plantes reposant sur des critères quasi exclusivement économiques,
  • la protection sanitaire par l’emploi de produits phytosanitaires de synthèse, y compris au chai
  • la spécialisation des cultures pour une exploitation économique « optimisée ».

Le vin est un aliment non cuit et non pasteurisé donc la chimie qui a été mise dans le vin se retrouve dans le vin que l’on boit. Ainsi un vin en agriculture conventionnelle peut contenir en France jusqu’à 150 mg/L en Rouge et 200 mg/L en Blanc de dioxyde de soufre SO2. Beaucoup de gens déclarant avoir mal de crâne après avoir bu du blanc, ont eu une triste expérience à cause de ces surdosages.

Précision : les vignerons ne mettent pas du soufre pour nous embêter, le soufre ajouté permet d’éviter la refermentation en bouteille ainsi que l’oxydation du vin.

Les vignerons de qualité sortent de ce mode de culture qui appauvrit les sols et donc la qualité de la vigne et aussi par soucis pour la santé. Quelques régions viticoles sont à la traîne ou ont des sols tellement appauvris et tassés, qu’il leur faut de nombreuses années pour retrouver des vignes en bonne santé.

Le label Terra Vitis : le label de la viticulture raisonnée

L’agriculture raisonnée, aussi appelée la viticulture durable est un mode de culture dont l’objectif premier est de réduire la quantité de substances chimiques utilisées, et de minimiser leur impact sur l’environnement.

C’est une agriculture traditionnelle avec quelques méthodes issues de l’agriculture biologique visant à maintenir la pérennité de l’industrie agro-alimentaire. Les agriculteurs ne traitent que s’il le faut, au bon moment et avec une dose adaptée.

La culture de la vigne dite raisonnée n’est pas uniforme, loin de là. Mais idéalement elle limite l’utilisation de pesticides, n’utilise pas d’engrais, pratique l’enherbement pour favoriser l’aération de la terre. Au Chai, une agriculture raisonnée évite le collage et les traitements chimiques du vin (acidification, chaptalisation) mais peuvent levurer (ajout de levures exogènes).

De très nombreux domaines sont aujourd’hui en agriculture raisonnée, mais très peu ont un label le certifiant. En France, le label pour l’agriculture raisonnée est TerraVitis 

label terravitis

Si l’agriculture raisonnée n’est pas un gage de vin naturel, tous les vignerons avec le label Terra Vitis que nous avons rencontrés ont une démarche sincère de limitation des intrants et des traitements à la vigne. Au-delà des labels, c’est bien la démarche de l’Homme qui est importante.

Viticulture intégrée : pas de label en France 

En production intégrée, on recherche l’utilisation de techniques alternatives à la lutte classique ou raisonnée, comme la lutte biologique ou l’utilisation de zones de compensation écologique. En effet, ces méthodes peuvent être tout aussi efficaces d’un point de vue agronomique et plus respectueuses de l’environnement. La production intégrée se distingue aussi de l’agriculture biologique, car elle n’abandonne pas les méthodes chimiques lorsqu’elles ne posent pas de problèmes scientifiquement démontrés pour la sécurité alimentaire et pour l’environnement.

La Viticulture intégrée est surtout développée en Suisse. Dans le Valais, le label Vitival regroupe les producteurs en production intégrée (PI).

Laisser un commentaire